Accueil Le gars Les chansons Discographie

Les amis

Actualités

 

 
 
ce qu'on écrit

 

 

Francofans


                 Après Trévidy, un autre Olivier dérange notre paix d’hypocrites et d’endormis. Olivier Ducos signe dans un premier opus des textes passionnés et incisifs. 

                 Ce quadra, poète des usines, rumine sa prose depuis des années sous son casque de soudeur intérimaire. Le bougre se rebelle, gueule parfois maladroitement sa révolte mais sa sincérité sonne juste. Ce libertaire picard fonctionne à l’énergie du désespoir, celle qui balaye sa pudeur naturelle pour coller des mots sur ses sentiments. Ses chansons s’habillent d’un regard franc et droit pour exprimer ses amours, ses peurs, ses hontes et ses colères. Un travail très autobiographique qui donne un relief touchant lorsqu’il nous brosse le portrait d’un grand père communiste ou des commères de son village. 

                 Allez acheter son CD à la sortie d’un concert car j’espère bien que ce p’tit gars va nous les remplir, les salles. Salut camarade et à bientôt…

Francofans novembre 2008 - Jean-Hugues Mallot

 

 

Rouge


                 D. Rago. Si vous avez écouté D. Rago, dimanche à la fête de l’Huma, vous avez peut-être discuté avec lui ou bien acheté Mi-clos, son premier CD. Le musicien est originaire de Thièrache. 

                 Avec la cimenterie d’Origny-Sainte-Benoîte pour horizon, il dépeint la vie ouvrière dans Grand-père : « C’était le rouge de la colère, celle qui fait gonfler les bras des cocos, des libertaires, toujours devant au combat. » 

                 Soudeur intérimaire, il dénonce la précarité organisée et l’injustice sociale dans L’Agent de la CAF. Dans Si t’es pas là, il s’inquiète de l’avenir et s’adresse à l’enfant qu’il n’a pas : « P’tit blond / Ne m’en veux pas si t’es pas là / Comment ferais-je ton éducation / J’t’amènerai jamais à l’école / Je ne vois rien de beau à l’horizon / Travail, famille et tout le tralala m’ont vraiment rendu l’âme inféconde. » Il évoque également l’espoir et la compassion dans L’Infirmière, et il brosse quelques portraits décapants dans Les Commères, Le Suicidé ou Milhoud. 

                 Pour découvrir son univers, rendez-vous sur Myspace (D. Rago, Mi-clos, CD autoproduit). 

Rouge  18/09/2008 - Brigitte Fourquet

 

 

Reims Oreille


                 D. Rago est originaire de Thiérache, il a grandi à Mont d’Origny, tout près d’Origny-Sainte-Benoîte, entre les brumes de la sucrerie et les poussières de la cimenterie. Il connaît la vie ouvrière, il l’a croisée enfant et la met en musique aujourd’hui, dans un très beau texte intitulé Grand-père : "La cimenterie creusait la colline /  un peu plus à chaque jour nouveau / et grand-père pédalait vers l’usine / la musette dans le dos. "

                 Olivier travaille comme soudeur intérimaire, régulièrement confronté à la recherche d’emploi, il est bien loin des milieux artistiques. Pourtant depuis toujours il souhaite chanter. Rapidement, il écrit ses premières chansons. Puis il débute en faisant les  premières parties de Zelko et de Tichot. Et enfin, il enregistre ce premier CD  au studio Kozak de Gauchy,  le voici donc.

                 D. Rago y parle d’avenir, de ses inquiétudes qu’il confie dans  Si t’es pas là s’adressant à l’enfant qu’il n’a pas : " P’tit blond  / ne m’en veux pas si t’es pas là / comment ferais-je ton éducation /  j’ t’amèn’rais jamais à l’école / je ne vois rien de beau à l’horizon / je n’ai pas les bottes pour ce merdier /  travail,  famille et tout le tra la la m’ont vraiment  rendu l’âme inféconde".

                 Il y évoque aussi la vie de village, avec tout ce qui agace, les mentalités étroites, les langues de vipères dans Les commères. Mais il sait aussi émouvoir en relatant la force du quotidien dans Sanblec, L’agent de la CAF, Éric et Jeanne, Le suicidé ou L’infirmière. Il traite aussi des sujets de société, comme le racisme ou l’écologie dans La pâquerette, sans jamais donner de leçons, humblement.

Reims Oreille